Project Type : conférence

12 décembre 2019. Conférence du Dr. Louis Fagbohoun

Nous aurons le plaisir de recevoir le jeudi 12 Décembre, le Dr. Louis Fagbohoun pour une conférence intitulée « Etude chimique de colorants naturels et matériaux résineux traditionnels au Bénin dans le domaine artisanal ».

Enseignant-chercheur à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de l’Université des Sciences, Arts et Techniques de Natitingou (USATN-Bénin).

Ses activités de recherche consistent en la caractérisation de substances naturelles à visées thérapeutiques et artistiques. Il objective à travers ses activités de recherche actuelles à une réévaluation des mots clés liés aux plantes, couleurs, résines, art, pharmacologie, conservation, patrimoine naturel et culturel….

Membre du groupe thématique huiles essentielles et substances biologiquement actives de la SOACHIM (Société Ouest Africaine de Chimie), et Membre du Réseau d’Echange entre Acteurs du Patrimoine Européens et Africains (REAPEA/Lyon-France).

Ernest Pignon-Ernest à l’Esaa

Ernest Pignon-Ernest dans l’amphithéâtre de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon ce samedi matin. Deux heures d’échanges avec un public venu en nombre. Une initiative de l’Université d’Avignon et de l’Ecole Supérieure d’Art. Autour de Marie-Hélène Poggi, maître de conférences à l’université accompagnée des étudiants du master culture et communication et Sylvie Nayral enseignante en histoire de l’art avec les étudiants de l’Esaa. Moment de partage avec l’artiste auquel étaient conviés les adhérents des Ateliers libres. L’exposition de Ernest Pignon Ernest est toujours visible dans la grand chapelle du Palais des Papes à Avignon jusqu’au 29 février 2020.

 

Workshop#1 – Conférence Françoise Vergès – mardi 5 novembre…

Françoise Vergès est docteure en sciences politiques de l’Université de Berkeley, titulaire de la chaire « Global South(s) » au collège d’études mondial de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de 2014 à 2018. Membre fondatrice avec Gerty Dambury et Leila Cukierman du collectif Décoloniser les arts, ses travaux portent notamment sur la manière de décoloniser les musées et l’héritage de la colonisation. Ses ouvrages et articles en français et en anglais traitent des mémoires de l’esclavage, la psychiatrie coloniale, Frantz Fanon, Aimé Césaire, l’économie de prédation et la globalisation, le musée postcolonial, et les processus de créolisation dans les mondes de l’Océan indien.

Sa venue à l’ESAA, une école-monde(s), inaugure avec l’éclat de cette scientifique et actrice sociale résolues, son programme annuel d’invité.e.s remarquables en tant qu’éminents chercheurs et personnalités du monde de l’art et du patrimoine, impliqués dans la conscientisation de phénomènes et processus sociétaux.

Dirigé en première instance vers les étudiants de l’établissement, l’intervention de Françoise Verges constitue aussi un événement et un privilège offerts à tous les publics conviés à cette rencontre exceptionnelle selon la perspective d’une école-monde(s) « .