Project Type : actualité

Exposition 18-23 avril 2019 – Gigondas – Collectif d’artistes

Une exposition d’enseignants, étudiants et intervenants de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (EsaA).
5 artistes exposent sur des supports variés tels que papier/carton/toile/bois/métal.

  • Dominique FAVET
  • Pascal FOURNIER
  • Carlos MARCANO
  • Arthur NOVAK
  • Marc SIMELIERE

Programme des workshop#3 du 25 au 29 mars 2019

Workshops #3 – du 25 au 29 mars 2019

Programme:

Atelier 1 : « Arraisonner le musée en creux »
Projet Muséoscopie – Session 2019 / 3
Porteur du projet : Marc Maire (2016)

Nombre de participants : 12
Enseignants associés : Salma Elghezal (SE), Hamid Maghraoui (HM), Marc Maire (MM).

Professionnelles intervenantes : Sabrina Grassi, critique d’art et co-commissaire de l’exposition « Document bilingue » et qui a proposé l’enjeu de la semaine, Odile Guichard, conservatrice du Musée Vouland, Astrid Jeanson, chargée de médiation,

MUSEOSCOPIE propose du 25 au 29 mars 2019 une troisième session de workshop qui veut se pencher particulièrement cette fois sur « le musée en creux », soit ses réserves. Le terrain propice à cette nouvelle velléité prospectrice est le Musée Vouland, ancienne demeure de l’industriel et collectionneur Louis Vouland (Noves 1883 – Avignon 1973) acquise en 1927.

Cette collection d’arts décoratifs a été rassemblée par un amateur d’art passionné des XVIIe et XVIIIe siècles, fréquentant assidûment les ventes de l’Hôtel Drouot. Elle compte des pièces rares et cohabite avec un ensemble d’œuvres de peintres et d’artistes provençaux de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, provenant de donations, prêts et achats depuis l’ouverture du musée.

MUSEOSCOPIE persiste à vouloir interroger la nature plurivoque des biens culturels relevant potentiellement de catégories multiples comme celles d’art populaire, d’objet scientifique ou d’art décoratif, ici des pièces de dessin, peinture, faïence, porcelaine, tapisserie, horlogerie, lustrerie et orfèvrerie. Comment se déprendre de tout tropisme critique pour agir par accommodation, intercalation, activation sur des objets-documents révélés à la lumière de leur histoire et d’une autre « matérialité » – moins essentielle et physique, plus esthétique, poétique, ethnographique ou anthropologique celle-là ?

Que pourrait-il advenir de la partie des collections actuellement mise en retrait ou à l’écart si ces objets étaient reconsidérés dans des dimensions et sur des supports médiatiques inenvisageables jusqu’à aujourd’hui ? Cette activation est-elle à même de relever de l’art ou d’un nouvel enjeu de la conservation – restauration ?

Planning de la semaine

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi
Matin à partir de 9h Prolégomènes

SE, MM

TP à Baigne -pieds

SE, MM

TP à Baigne -pieds

HM, MM

TP à Baigne -pieds

SE, MM

Présentation des résultats dans le cadre de la journée « portes ouvertes »
Après-midi à partir de 14h Prise de contact avec le Musée Vouland et ses acteurs TP au musée

SE, MM

TP au musée

HM, MM

TP au musée

HM, MM

Présentation des résultats dans le cadre de la journée « portes ouvertes »

Atelier 2
DECALAGES
Porteur du projet : Jean Laube

Artiste invitée : Alexandra Sà
Nombre de participants : 8 (les 6 étudiants M1 CI inscrits au pôle Objets et dispositifs) + 2 étudiants autres pôles

Le workshop Décalages, dessin est un développement du Module « Décalages » de l’ARC
« Les Temps de l’Œuvre ».
La pratique du dessin est son principal objectif, sous différents régimes : dessin de projet,
Expérimentation dessinée, réalisation in situ, réalisations en atelier, exposition.

Le workshop est mené par une invitée, l’artiste Alexandra Sā.
Il se conçoit comme un temps privilégié de travail, individuel et collectif, un accélérateur du processus de réalisation. Il se déroule salle 5, Rdc Champfleury. Il est obligatoire pour les étudiants M1 inscrits dans le pôle Objets–dispositifs.

Il finira sur une présentation publique disponible pour les Portes ouvertes de L’ESAA (29 mars,14H)

 Objectifs:

  • Le renforcement de la pratique du dessin au sein du travail individuel en Master.
  • La rencontre avec une artiste professionnelle.
  • Un travail collectif.
  • Une expérience de présentation au public.

Atelier 3
Le « printemps des écoliers »
Porteur du projet : Mylène Malberti

Nombre de participants : 12 toutes années confondues
Workshop ouvert aux étudiants présents aux précédents workshop « image latente » et « roman-photo »

« Hybridations » exposition dans le péristyle de la mairie d’Avignon de juin à Juillet. De grands formats noir et blanc et frise panoramique moyen format couleur

À partir de leur inscription les étudiants travaillent en autonomie.
12 étudiants répartis en trois groupes, soit un groupe par panneau d’accrochage

Objectifs:

  • Réalisation des prises de vues sur le terrain
  • Noir et blanc format jpeg large, travailler avec une sensibilité de 400 iso maxi pour une meilleure qualité à l’agrandissement
  • Portrait des enfants en plan rapproché sur le visage
  • Reportage couleur des réalisations dans les ateliers en plan d’ensemble et gros plan
  • Analyse des prises de vue
  • Sélection
  • Découpage
  • Assemblage des portraits en noir et blanc
  • Montage du panoramique couleur

Atelier 4
TRAM’SPARENCE – Construction Monumentale
Porteur du projet : Bernard Daillan

Nombre de participants : 10 L2 Ci

Construction d’un volume métallique à l’échelle 1.

Expérimentation d’une technique de structure métallique de grand volume. Tige de fer, tressage filaire, soudure, pliage, … Deviendra le volume construit du Tramway d’Avignon

Objectifs :

  • Concevoir à partir d’un dessin, d’une photocopie,
  • Retranscrire des dimensions
  • Dessin
  • Plan à l’échelle
  • Comment configurer la taille et la mise à l’échelle d’un volume
  • Traçage grandeur réelle de la structure

Atelier 5
Sérigraphie – Ville en chantier, ville enchantée – Session 3
Porteur du projet : Alain Leonesi

Nombre de participants : 10 – priorité aux participants de la session 1& 2  Intervenant : François Marczyniak

Planning de la semaine

Lundi 25 mars

Alain Leonesi

François Marcziniak

Champfleury. Salle 5

Prémaquette édition – Propositions étudiant(e)s : Porte folio affiches / Fanzine / Leporello / …

Format A3 (42 x 29,5 cm) – Recto/Verso – Traitement graphique des visuels – 2 couleurs

Tour de table des propositions / Préfiguration des choix à développer

Mardi 26 mars

Alain Leonesi

François Marcziniak

Champfleury. Salle 5

Présentation atelier sérigraphie

Ajustement et mise en perspective des propositions d’édition

(Calendrier et moyen de production du projet)

Préfiguration choix définitif et Initiation au typon

Mercredi 27 mars

Alain Leonesi

François Marcziniak

Champfleury. Salle 5

Atelier maquette éditoriale

– Choix format (pliage ou pas, Leporelo, porte-folio, affiche, fanzine, …)

– Choix définitif des visuels à traiter / Traitement

– Choix mise en page composition (couleur/passage, support papier, …)

– Rédactionnel (titre/texte de présentation/…)

Jeudi 28 mars

Alain Leonesi

François Marcziniak

Champfleury. Salle 5

Atelier maquette éditoriale

– Mise en page composition

– Réalisation typons

 

Vendredi 29 mars

Alain Leonesi

François Marcziniak

Champfleury. Salle 5

Journée portes ouvertes ESAA

Projet en l’état : édition atelier sérigraphie

* Atelier maquette éditoriale :  Mise en page composition / Réalisation typons / …

 *Préparation semaine IV/semaine jaune Mai). Atelier sérigraphie/Impression

Anticipation/Prévision (Objectif/Budget et moyen de production/Calendrier)

Samedi 30 mars Cette  Journée portes-ouvertes de ESAA est annulée

pour cause de perturbations prévues en raison d’une manifestation importante.

 


Atelier 6
Performance – Publics/en public/tout public/non publiques…
Porteur du projet : Lydie Toran

Nombre de participants : 8 M1, L2, L1
LIEU : Théâtre Vidy Lausanne, Suisse.

Exerçant l’atelier performance de l’ESAA hors les murs, ce voyage d’études et de créations forme les étudiants à l’analyse et à l’activation de performance in situ, dans le cadre du public.

OBJECTIFS THEORIQUES :

  • En assistant à des représentations au théâtre Vidy, observer, analyser et entendre le travail des artistes à la scène, du point de vue du spectateur.
  • Apprendre à justifier l’interaction/ la coupure avec le public.
  • S’appuyer sur ses doubles expériences, en tant que membre du public et en tant qu’artiste,
  • étudiant face au public, pour acquérir une expertise concernant le travail de la performance,
  • dans un cadre professionnel (en présence ou non de spectateurs),
  • créer une performance en tenant compte du public et de l’environnement.
  • Sortir du narcissisme de l’artiste ?

OBJECTIFS PRATIQUES :

Ce workshop repose sur deux temps forts découpés par le calendrier et le protocole de travail. À partir des spectacles du Programme Commun à Vidy Lausanne (calendrier de travail) créés par des artistes de la scène contemporaine internationale, et des créations en temps réel par les étudiants engagés dans le workshop (protocole de travail), les observations portent plus particulièrement sur :

  • La scénographique d’un point de vue plastique.
  • La scénographie acoustique : son et vidéo.
  • Sens/ absence de sens/ polysémie.
  • Présence et utilisation du corps.
  • Ces 4 points sont étudiés avec un focus spécial sur les rapports au temps et à l’espace qui entrent en résonance avec les théories de la philosophie de l’art et de l’esthétique, et selon une grille d’analyse précisée sur le lieu de travail.

CALENDRIER DE TRAVAIL, suivant le programme du théâtre (voir dernière partie)

Départ le 27/03/19
Du 28 au 30 mars, chaque journée (5h/ J. + 2h de spectacle) se présente sous l’EDT suivant :
14-15h: travail individuel d’analyses rédigées et guidées par la méthodologie des 4 points ci-dessus ; elles font état de la performance expérimentée la veille, dans une réflexion personnelle. Cette rédaction comporte une introduction (avec tous les éléments précis -titre, auteur, année de création, distribution etc former les étudiants à la précision…), un résumé de la pièce, une conclusion et une note critique : qu’est que ce travail apporte à la création scénique/ plastique ? Que développe-t-il ? À quel public s’adresse-t-il ? …

15-16h: confrontation collective et orale des productions rédigées, selon le contexte de création. Qu’est ce qui peut être utilisé, détourné, adapté dans une performance à l’école ? Dans les créations observées, il y a-t-il des techniques repérables déjà travaillées ?

16-17h : entrainement physique.

17-18h : création de performances individuelles et collectives.

Retour le 31 mars.


Atelier 7
Chantier-école de conservation – restauration au Château de de Castries
Porteur du projet : Hervé Giocanti

Nombre de participants : 7 étudiants de L3 CR
Lieu : Ville de Castries

Rencontre historique pour la conservation – restauration en France

Mercredi 6 Mars 2019, à l’invitation du nouveau directeur de l’ESA d’Avignon, Alfredo Vega,  s’est tenue une réunion historique des directeurs et représentants des formations françaises publiques à la conservation-restauration des biens culturels. Au nombre de quatre, elles comptent deux établissements parisiens,  l’Institut national du patrimoine et le Master crbc de l’Université Paris I – Sorbonne, ainsi que deux écoles supérieures d’art, celles de  Tours et d’Avignon. C’est en effet la première fois qu’une telle rencontre avait lieu dans la cité papale depuis la création de ces formations.

D’abord à Paris, puis à Tours, les membres de ce quadrium-virat se sont réunis depuis 2016 en conférence des formations publiques à la c-r  sous la bienveillance  de Pascal Liéveaux, chargé de mission mandaté par le  Ministère de la culture et de la communication, pour réfléchir ensemble à la situation de la discipline en France, à son enseignement, à la professionnalisation de ses diplômés et surtout, à la mutualisation de leurs forces et ressources.

Le premier consensus d’importance a conduit les directeurs à solliciter officiellement auprès des pouvoirs publics compétents, la création du titre professionnel d’ ingénieur(e) en conservation-restauration de biens culturels conféré à chacun de leurs diplômé(e)s au grade de master.

L’ordre du jour du rendez-vous avignonnais prévoyait de se pencher particulièrement sur les référentiels de formation et de diplôme afin d’en uniformiser les constituants pour une meilleure lisibilité par les étudiants. Par ailleurs, il a d’ores et déjà été envisagé l’organisation de colloques ou séminaires communs afin d’entretenir une dynamique toute jeune mais qui s’avère fructueuse, et la visée d’autres objectifs encore. Prochaine entrevue à Paris.

Sur la photo de g. à d. : Aurélie ROGALLA VON BIEBERSTEIN, adjointe au directeur des études des élèves restaurateurs à l’INP, Marc MAIRE, enseignant à l’ESA-Avignon, Olivier ZEDER, directeurs des études des élèves restaurateurs à l’INP Marie-Aude CARAES, directrice de l’ESAD-Tours, Claude LAROQUE, enseignante à l’Université Paris I-Sorbonne, Alfredo VEGA-CARDENAS, directeur de l’ESA-Avignon.

Devenir artiste ou restaurateur des biens culturels… Pourquoi pas?

Dernière minute !
En concertation avec la Préfecture en raison des fortes mobilisations prévues pour samedi prochain à Avignon et par mesure de sécurité et de prévention nous sommes dans l’obligation d’annuler notre manifestation de « Portes ouvertes » pour la journée de samedi 30 mars uniquement.
La journée du vendredi 29 Mars 2019 est maintenue sur les deux sites de notre école, Baigne-pieds et Champfleury.

L’Ecole supérieure d’art d’Avignon (EsaA) est un établissement d’enseignement supérieur artistique qui octroie des diplômes nationaux de niveau Licence et Master. A la différence des autres écoles d’art en France, elle propose deux mentions : la création et la conservation-restauration.
Par-delà les contenus propres à chaque mention, une partie des enseignements dispensés se déroule de manière conjointe, comme l’Histoire de l’art, l’anthropologie, la muséologie ou les mutations numériques. Le partage des réflexions et les questionnements communs des futurs artistes et restaurateurs font de l’EsaA un lieu unique de formation critique et créative pour affronter les enjeux méthodologiques, sociaux et culturels de la création des oeuvres et de la transmission des biens culturels.

Focus sur les deux mentions

Création:

Cette mention prépare les étudiants à exercer une profession
artistique ou des activités connexes au champ de la création nécessitant des compétences administratives et/ou techniques : régisseur dans des institutions culturelles, enseignant en arts plastiques, concepteur-créateur, commissaire d’exposition, critique d’art, entre autres.

Conservation-Restauration:

l’EsaA forme avec trois autres institutions de portée européenne la Conférence des écoles de conservation-restauration et octroie à leurs diplômés une habilitation pour intervenir sur des collections publiques patrimoniales. L’étude et la pratique à l’égard d’oeuvres d’art contemporain et d’objets ethnographiques fournit une expérience nécessaire à l’insertion professionnelle. Un concours spécifique à chacune des mentions de l’école a été mis en place à partir de cette année avec l’arrivée du directeur. Sous sa houlette, l’EsaA vise à garantir une grande qualité d’enseignement. Dès le dépôt de leur candidature, les aspirants doivent se prononcer pour la mention de leur choix.

Il y aura ainsi deux concours d’entrée, un pour la création et un autre pour la conservation-restauration.

Crédit photo: Robin Bruneau

Un nid de crevette – Dimanche 10 février 2019…

Dimanche 10 février 2019 de 14 à 17h30 – Collection Lambert

 Un Nid de crevette

Parcours-performance-théâtre-chorégraphie-objet-installation vidéo
rencontre et discussion autour du travail des artistes femmes.

Copyright © Guerrilla Girls
guerrillagirls.com

 Partenariat ESAA – CDCN les Hivernales – IMCA – Collection Lambert

Programme du 9 et 10 février :
Exposition, horaires d’ouverture du Musée.

  • Livres-objets/ libres objets, tapis et installations des étudiants L1 ESAA, sous-sol 1.
  • Hologramme : Shwang Mengyin, étudiante M1 ESAA, objet, sous-sol 1.
  • Violences: Natacha le Roy, étudiante M1 ESAA, installation dispositif, sous-sol 1.
  • Des mots et des actes : Juliette Pomarès, étudiante M1 ESAA, diaporama, sous-sol 1.
  • RIP Sista : Bertille Gentil, artiste, édition participative, sous-sol 1.
  • Enchevêtrée (maille sibylline) : Choé Foex, étudiante M1 ESAA, numérique, sous-sol.
  • Vert d’eau : Alexandra Hollander, artiste poétesse, objet poème, sous-sol 1/2.
  • Queens of Marrakech: Hana Tefrati, Laura Tack, Siham Taflayout (Queens collective), artistes, video, sous-sol 2, durée 3.53’.
  • Femme chinoise: Yu Zhu, étudiante M1 ESAA, vidéo, 3.01’.
  • Je suis En-Jeu: Entretien en Martinique avec Anabel Guérédrat, de Nathalie Laulé, réalisation Tom Gardano, production Tom’s Ink, reportage, sous-sol 3, durée 21.58’.

Programme du 10 février:
Performances dans le Musée, horaires d’ouverture du Musée.

  • 11-17h : Contact, Léontine Martinez, étudiante L2 ESAA, performance participative, couloir sous-sol.
  • 14-18h : Aucun Fantasme à l’horizon, Tali Serruya, artiste dramaturge, performance chorégraphique et vidéo, salle des Arcades.
  • 14-17h : Sans titre, Moya Massey étudiante M1 ESAA, performance-construction, couloir sous-sol.
  • 15h : Duo Chorégraphique, Wassila et Jocelyn, étudiants L2 ESAA, salle Sol Lewitt, durée indéterminée.
  • 30h : Insomnie, Lucie Bastien, étudiante M1 ESAA, cours d’accueil du Musée, 10’.
  • 40h, 16h, 17h: 4.48 Psychose, Cécile Fleury, comédienne, extrait de spectacle théâtral co-produit par La Luna, salle Jenny Holzer, 10’.
  • 55h : Ballet pour une…, Azure Socquet, danseuse, solo chorégraphique, atrium, 5’.
  • 15h : Vert d’eau, Alexandra Hollander, artiste, performance poétique, sous-sol, 5’.
  • 17h : Ave Maria, Delphine Poupard, chant lyrique, de l’amphi à la cour d’entrée, 5’.
  • 10h : Procession des crevettes hors du nid, déambulation des artistes, invitées, étudiants et publics, lumière allumée, de la Collection Lambert au cinéma Utopia.
  • 18h : Vidéo-Danse au cinéma Utopia Manutention. Voir Gazette d’Utopia.

Programme du 10 février 15-17h:
Table-ronde, performances et vidéos dans l’amphi du Musée.

avec Hanna Alkema, Books on the Move, Isabelle Bridot-Martin, Aline Cesar, Alizée Cuny, Coco Dolle, Gabriel Gontier, Eva Georgy, Stéphane Ibars, Kubra Kadhemi, Angèle Lepolard, Delphine Pauletto, Mélanie Perrier, Hortense Plé, Delphine Poupard, Lydie Toran.

  • 15h : Accueil dans l’amphi.
  • 15h : Aroos-Baazy, Kubra Kadhemi, artiste, performance participative et déambulatoire, durée indéterminée.
  • 05h : Manterrupting, Rokaya Dialo, journaliste, vidéo, 4.33’.
  • 10h : Introduction, Lydie Toran ESAA, Isabelle Bridot-Martin CDCN les Hivernales, Stéphane Ibars Collection Lambert.
  • 15h : Replacer les artistes femmes du XXe siècle dans l’histoire de l’art : les actions de l’association AWARE, Hanna Alkema, responsable des programmes scientifiques, association AWARE : Archives of Women Artists, Research and Exhibitions.
  • 35h : Où sont les femmes, Gabriel Gontier, étudiant M1 ESAA, vidéo, 3’.
  • 40h : Performance et féminisme à New York, Coco Dolle, artiste, commissaire d’exposition.
  • 50h : Sans titre in situ, Hortense Plé, étudiante M1 ESAA, performance.
  • 16h : Automatique, Angèle Lepolard, étudiante M1 ESAA, lecture poétique.
  • 16h : Visages oubliées, Alizée Cuny, étudiante M1 ESAA, performance vidéo.
  • 10h : Rendre le travail des artistes femmes plus visible, vers une parité, Aline César, autrice, metteuse en scène, représentante du Mouvement HF – égalité femmes-hommes dans les arts et la culture et Ensemble Contre le Sexisme.
  • 30h : La conservation et la restauration des œuvres crées par les femmes? La pérennisation de l’art féminin : enjeu important pour les générations à venir et pour la reconnaissance de la création contemporaine, Eva Georgy, étudiante M1 ESAA.
  • 50h: Documentation au féminin, Delphine Pauletto, bibliothécaire, ESAA
  • 17h : À voile, Lydie Toran, artiste, enseignante, chercheuse, ESAA, performance.
  • 05h : Ave Maria, Delphine Poupard, artiste, chant lyrique, de l’amphi à la cour d’entrée, 5’.
  • 10h : Procession des crevettes hors du nid, déambulation des artistes, invitées, étudiants et publics, lumière allumée, de la Collection Lambert au cinéma Utopia pour la projection vidéo danse. Voir programme Hivernales.

Conçu comme une déambulation dans le Musée, cet événement, sous le titre burlesque « un nid de crevette », féminisation de « panier de crabe », est centré sur la visibilité des artistes femmes. Il regroupe des performeuses, danseuses, comédiennes, chorégraphes, plasticiennes, chanteuses… du côté des artistes ; et des critiques, enseignants, journalistes… du côté des théoricien-nes. Le croisement entre pratiques et réflexions est aussi généré par un mélange des niveaux sociaux-professionnels d’une part : des artistes renommées travaillent de concert avec des étudiants. D’autre part, les invité-es proviennent d’origine diverses : Europe, Afrique (du Nord), Asie, Amérique. Le propos principal de cette rencontre se décline alors sous la diversité des âges, des pratiques, des milieux, et des appartenances identitaires. Sur le plan du déroulement, des actions artistiques prennent place uniquement l’après-midi du 10 février dans les espaces de la Collection Lambert, et une table-ronde animée par des discussions et des projections est organisée de 15 à 17h dans l’amphi du Musée. Voir programme. Gratuit.

Consacrée au même sujet, une exposition au sous-sol sélectionnant les livres-objets/ libres-objets des étudiants de l’ESAA, et les œuvres de plasticiennes et vidéastes préoccupées par la féminité-minisme, est ouverte du 9 au 10 février. Gratuit*. 

*L’événement « un nid de crevette » n’entraîne pas la gratuité du musée.

Remerciements aux artistes, critiques et partenaires

AWARE, Books on the move, CDCN les Hivernales, Collection Lambert, Aline César, Coco Dolle, ESAA personnels et étudiants, Cécile Fleury et le théâtre La Luna, Tom Gardano, Bertille Gentil, Guerilla Girls, Anabel Guérédrat, Alexandra Hollander, Kubra Kadhemi, Nathalie Laulé, Delphine Poupard, Mélanie Perrier, Queens Collective, Tali Serruya, Azure Socquet.

Commissariat d’exposition et programmation : Lydie Toran ESAA

Contact : nidecrette@gmail.com

Crédit vidéo  Karine Weider, stagiaire MIS de IMCA Provence

Crédit photos Noémie Bousquet

Séminaire#1 – Ecole(s) du sud – retour en images

Le 1er et 2 février 2019, s’est tenu à l’École Supérieure d’Art d’Avignon, le premier séminaire du réseau École(s) du Sud.

Le réseau qui fédère les sept établissements publics d’enseignement supérieur d’art de la région PACA et de Monaco avec les écoles d’Aix, Arles, Avignon, Marseille et Nice (Villa Arson), Toulon et Monaco ont lancé leur première session de travail commune qui a associé étudiants, enseignants et équipes pédagogiques. Ce séminaire, fondé sur le partage d’expériences, a permis de questionner les enjeux d’une pédagogie en réseau, de penser des projets communs, de faciliter la mobilité́ entre les écoles et d’accroître les outils de valorisation des diplômés.

crédits photos esaa: romain vernede-bruno robin-pascal genty

Séminaire – Yaël Kreplak – ESAA mardi 5 février…

Dans le cadre du séminaire Art et artefacualité, Semin’R a le grand plaisir de vous annoncer la venue de Yaël Kreplak, chercheuse associée au CEMS-IMM (EHESS, Paris) et au CERLIS (Université Paris – Descartes). Elle est aussi comparse de l’unité de recherche interdisciplinaire en conservation-restauration ( URI-cr ) de l’ESAA, et a été membre du Jury du DNSEP.
Son intervention qui portera notamment sur le constat d’état, est programmée Mardi 5 février 2019 à 14 heures à l’ESAA /Baigne pieds. Les étudiant.e.s de L2cr et L3cr y sont les bienvenu.e.s pour l’occasion. Yaël a eu l’amabilité de communiquer un texte de Charles Goodwin sur lequel elle s’appuiera et que vous pourrez donc lire en amont de sa communication.

l’Ecole(s) du sud – Séminaire #1 – Avignon 1&2…

Construire l’École(s) du Sud

Les 1er et 2 février 2019, le réseau École(s) du Sud se fédère et organise son premier séminaire à Avignon.
Les sept établissements publics d’enseignement supérieur d’art de la région Sud et de Monaco intensifient leur travail en réseau, en développant notamment des projets artistiques et pédagogiques communs. Ainsi, les écoles d’Aix, Arles (École nationale supérieure de la photographie), Avignon, Marseille, Nice (Villa Arson), Toulon et Monaco
lancent leur première session de travail commune qui associera étudiants, enseignants et équipes pédagogiques. Ce séminaire, fondé sur le partage d’expériences, permettra de questionner les enjeux d’une pédagogie en réseau, de penser des projets communs, de faciliter la mobilité entre les écoles et d’accroître les outils de valorisation des diplômés.
Ces écoles sont accréditées par le ministère de la Culture et habilitées à délivrer des diplômes valant grade de licence et de master 2. Elles mettent l’égalité des chances au coeur de leur projet.

Le séminaire Construire l’École(s) du Sud a reçu le soutien du Ministère de la Culture.

Déroulé du séminaire :

Vendredi 1er février
Collection Lambert
16h30 Accueil des participants
17h00 Ouverture du séminaire par Alfredo Vega et Mme le Maire d’Avignon Cécile Helle
Introduction : les 7 minutes des directeurs
18h00 Parole aux étudiants
18h20 Présentation des groupes de travail du samedi 2 février, Cécile Cavagna et Marie Brines
18h30 Visite de l’exposition de la collection Lambert
20h00 Cocktail dinatoire

Samedi 2 février
École supérieure d’art d’Avignon
8h30 Accueil des participants
9h00 Groupes de travail thématiques
13h00 Déjeuner
14h30 Restitution des groupes de travail par les modérateurs de chaque groupe
16h00 Échanges collectifs entre pairs
17h30 Départ

Groupes de travail proposés lors du séminaire Construire l’École(s) du Sud, le samedi 2 février 2019

Pendant l’école


Groupe 1De l’élaboration de projets communs à la mise en place d’une pédagogie en réseau : partages, dialogues et connexions

Nos écoles manifestent le souhait d’élargir leurs champs d’action à d’autres périmètres et environnements théoriques. Comment envisager la transmission artistique à l’époque actuelle ? Qu’est-ce qu’une pensée artistique locale ?
De quelle manière peut-on faire émerger de nouvelles topographies à l’échelle du réseau ? Quels axes de recherche et quels outils pédagogiques l’École(s) du Sud souhaite-t-elle mettre en partage ?
Laboratoire d’expérimentations et atelier de mise en partage d’outils théoriques pour actualiser la pédagogie de l’art, ce groupe de travail constitue un socle commun aux actions à venir de l’École(s) du Sud.

Groupe 2Mobilités et déplacements au sein du réseau : entre nos écoles et vers de nouveaux territoires de la pensée

La question du déplacement demeure une notion centrale dans le champ de la pensée et de l’enseignement. Le réseau École(s) du Sud est le lieu idéal pour envisager les mobilités étudiantes et enseignantes. Comment offrir aux étudiants la possibilité de traverser plusieurs établissements, pour un temps donné pendant le cursus ? Comment mettre en place la mobilité des enseignants au sein du réseau des écoles ? Mais au-delà des déplacements physiques dans les environnements pédagogiques et les spécificités de nos établissements, il semble primordial d’élargir aujourd’hui le champ des possibles vers des plateformes de partage de connaissances et la mise en réseau d’enjeux théoriques et conceptuels.

Après l’école


Groupe 3 – Cibler l’accompagnement professionnel des diplômés et mutualiser ses outils

Inscrit dans les prérogatives du ministère de la Culture, l’accompagnement professionnel des diplômés est un objectif majeur de nos écoles.
À la question « que faire après l’école d’art ? », une multitude de réponses sont apportées chaque jour par nos établissements. Comment oeuvrer, en tant qu’école, à l’aboutissement des projets de nos diplômés ? Comment participer, de près ou de loin, à leur entrée dans les domaines d’activités qu’ils envisagent ?
De quelle manière contribuer au développement de la pensée artistique et sa réception dans les différentes sphères de la société d’aujourd’hui ?
 En effet, être artiste s’invente au quotidien et aucun manuel ne saurait en faire état. Il s’agit ici de penser nos modes d’accompagnement à l’issue du diplôme, pour permettre aux jeunes artistes de construire leurs terrains d’actions de demain, selon leurs propres règles, leurs propres pratiques et leurs propres questionnements.

Groupe 4Diffusion et valorisation du travail des diplômés : qu’est-ce que le réseau permet ?

L’exposition des diplômés du réseau École(s) du Sud organisée en 2016-2017 et intitulée « Inventeurs d’aventures » a considérablement marqué l’écosystème de l’art à échelle territoriale et nationale. Pour poursuivre les actions de valorisation et de diffusion du travail des diplômés, le réseau souhaite s’équiper de nouveaux outils théoriques et pratiques. Publications communes, festival des écoles de la région, biennale de l’École(s) du Sud, etc. : il s’agit ici d’entamer une réflexion de manière à dépasser les simples propositions curatoriales, à penser les nouveaux
modes de diffusion de l’art en adéquation avec les projets engendrés par nos diplômés.

La nuit des idées 2019

L’ESAA sera présente à la nuit des idées 2019 ou L’Association Jean Vilar, l’Association Tube à Idées de la filière du Master Culture et Communication parcours Arts et Techniques des Publics de l’Université d’Avignon et Avignon Université vous invitent pour leur édition 2019.
Pour patienter jusqu’à jeudi 31 janvier, découvrez en images ce qui vous attend pour cette soirée pleine de surprises qui se tiendra à la Maison Jean Vilar.

Fondation Calvet : concours de dessin 2019, inscrivez-vous!

La Fondation Calvet organise tous les deux ans un concours de dessin ouvert à tous les jeunes avignonnais de moins de 25 ans. Le prochain aura lieu en 2019. Les inscriptions seront ouvertes dès lundi 29 octobre.

Ouverture des inscriptions
Ce concours a été demandé par Esprit Calvet dans son testament de 1810. Mécène, grand collectionneur, il voua sa vie à la médecine et aux arts, et légua l’intégralité de ses biens à l’institution qui, plus tard, allait porter son nom : « La Fondation Calvet « .OUVERTURE DES INSCRIPTIONS DU 29 OCTOBRE 2018 AU 31 JANVIER 2019.

Le Concours se déroule sur une année scolaire.
Les dessins devront être déposés dans les bureaux de la Fondation Calvet avant le 30 avril 2019 à 16h.
La Remise des prix aura lieu fin mai/ début juin 2019 (date à définir).

Le thème de cette saison :

« Représenter ou imaginer une fête ayant pour cadre le Rhône à Avignon »

L’âge limite pour concourir est de 24 ans (dans l’année 2019).
Les candidats doivent habiter ou être scolarisés à Avignon ou dans les communes du Grand Avignon.
Les personnes ayant obtenu le prix précédemment ne peuvent se présenter au concours.
Les candidats peuvent se présenter sous le parrainage d’une école ou indépendamment.

La fiche d’inscription, le règlement et les documents informatifs sur le concours sont téléchargeables ci-dessous.

>> La fiche d’inscription 2019
>> Le Règlement du concours 2019
>> Le thème 2019
>> Les prix du concours 2019
>> Le planning du concours 2019

Pour toute question, vous pouvez appeler au 04 90 16 36 72 ou envoyer un mail : ma.soullier@fondation-calvet.org